Sélectionner une page

L’asthme est la maladie respiratoire la plus répandue dans le monde, elle reste pourtant largement méconnue. Voici un top 10 des phrases toutes faites et des idées reçues concernant l’asthme et son fonctionnement.

1.  « L’asthme ? c’est quand t’as des crises non ? »

Eh non ! Cette maladie respiratoire ne se définit pas que par les crises caractéristiques que tout le monde connaît mon cher Thierry. l’asthme est une maladie chronique. C’est une sensibilité trop importante des bronches : la présence d’une inflammation permanente est responsable de symptômes respiratoires tels que la toux, l’encombrement bronchique et l’essoufflement à l’effort.

Chez une personne asthmatique, la muqueuse bronchique (la paroi interne des conduits respiratoires) est irritée et s’épaissit. La contraction de ces conduits et la sécrétion trop importante de mucus conduisent donc le plus souvent à des difficultés respiratoires.

 

 

2.  « Mes crises ? terminées, mon asthme a enfin fini par disparaître !   »

Aaah si seulement… une baisse significative des crises est synonyme d’un asthme bien contrôlé. Cela ne veut pas dire que ton asthme a disparu. C’est pourquoi il est nécessaire de continuer à prendre ton traitement de fond comme le médecin l’a prescrit et être vigilant au quotidien.

 

 

3.  «  La cortisone ? très peu pour moi, ça fait grossir »

La cortisone est un anti-inflammatoire qui permet de traiter les pathologies inflammatoires ou allergiques, elle peut être utilisée dans le traitement de fond pour l’asthme. Elle favorise la rétention d’eau, ce qui donne cette impression de gonflement. La cortisone peut provoquer ces effets indésirables seulement lors de la prise de comprimés ou lors d’injections pendant une longue période. La forme inhalée n’expose pas à ces effets, donc aucun risque pour ton corps d’Apollon !

Pour savoir quels sont les différents médicaments utilisés dans un traitement de fond pour l’asthme tu peux te rendre sur le site Ameli.fr.

 

 

4.  « Je n’ai pas envie que mon traitement me rende accro »

A toi qui pense que ton médecin est un “Don” d’un cartel de drogue qui veut vendre sa camelote tu te trompes. Les médicaments utilisés pour le traitement de fond de l’asthme n’entraînent pas de dépendance. Il ne faut pas modifier les doses sans avis médical, alors fait confiance à ton docteur.

 

 

5.  « L’asthme ? Pff c’est dans la tête ! »

Alors là c’est un carton rouge Thierry ! Cette maladie respiratoire est liée à une hypersensibilité des bronches et ne dépend en aucun cas de l’état psychologique de l’individu. Le stress et les contrariétés peuvent en revanche être des facteurs de déclenchement des crises d’asthme pour les personnes asthmatiques.

 

 

6.  « Mon enfant a de l’asthme ça passera à l’adolescence »

Aaah la puberté, quoi de plus fascinant que cette période? les premiers amours, les boutons, les crises d’ados (non cet article n’est pas cliché), la fin de l’asthme…

Comment ? la fin de l’asthme ?  on peut en effet constater que dans 1/3 des cas l’asthme « se calme » à la puberté, mais cela ne veut pas dire que la maladie a totalement disparu. Elle peut en effet se manifester à nouveau plus tard. C’est pourquoi il ne faut pas arrêter le traitement de son enfant sous ce prétexte et sans avis médical. 

 

 

7.  « Je te le dis, si j’ai de l’asthme c’est à cause de la pollution ! »

Les personnes asthmatiques sont plus sensibles à la pollution que les autres mais ce n’est pas la pollution qui « rend asthmatique ». La pollution est un déclencheur de crises parfois sévères. Il est donc important d’éviter de faire du sport en cas de pic de pollution. Tiens d’ailleurs quelque chose à dire sur le sport ?

 

 

8.  « Désolé je peux pas faire de sport, j’ai de l’asthme »

Lactivité sportive est au contraire bénéfique pour les personnes atteintes d’asthme. Elle améliore la tolérance à l’effort et te permet de mieux le contrôler. Ton médecin pourra t’indiquer quels sports sont appropriés en fonction de ton état.

 

 

9.  « Mon traitement ? Il ne fait plus effet, je l’ai arrêté  »

Il n’existe pas de traitement permettant de guérir de l’asthme. Les traitements de fonds permettent d’espacer les crises et donc de limiter le recours aux traitements de la crise sévère qui eux, peuvent provoquer plus d’effets indésirables. Ils doivent être pris régulièrement pour être efficaces et n’ont pas d’effet d’accoutumance.

 

 

10. « Oui j’ai arrêté mon traitement, ce n’est pas bon pour ma grossesse »

Pendant la grossesse, le contrôle de la maladie peut évoluer. Il convient donc d’être vigilant et de continuer à prendre les traitements prescrits par le médecin. Les  traitements inhalés notamment ne sont actifs que sur les bronches de la mère et ne présentent donc pas de risques pour le fœtus. De plus les femmes sont 2 fois plus touchées par l’asthme que les hommes !

 

 

En cas de doute concernant la maladie ou son traitement, il convient toujours d’en parler à ton médecin ou pharmacien. Ces derniers sont les plus à même de donner une réponse adaptée à ta situation.